Retour

Colloque Santé de Marseille : notre retour d’expérience sur l’évaluation d’impact social

 

Le 23 juin, Philippe Denormandie, Délégué général de la Fondation nehs Dominique Bénéteau et Marion Le Tyrant, consultante-chercheurà lAgence Phare, sont intervenus au 9e Colloque Santé de Marseille organisé par le Centre d’expertise Santé et Innovation de KEDGE Business School, placé sous le thème “L’expérience patients et professionnels : nouveaux regards sur l’innovation en santé”. Leur intervention avait pour but de présenter la méthodologie et les premiers résultats d’une démarche d’évaluation d’impact social appliquée à des projets d’innovation en santé. 

Ils ont d’abord dressé le constat suivant : depuis quelques années, on assiste à un mouvement de reconnaissance des “savoirs expérientiels” en santé et à l’émergence de la figure du “patient expert”. La valorisation de ces savoirs expérientiels participe par ailleurs à renforcer le rôle d’intermédiation du patient, et plus généralement de la médiation en santé, qu’elle soit incarnée par la figure du patient-expert, du proche aidant, du bénévole ou encore du professionnel de santé.  

Parallèlement à ce mouvement de reconnaissance de l’expérience en santé, l’évaluation a connu ces dernières décennies un important essor dans tous les domaines de l’action publique et en particulier en santé. Les projets d’innovation en santé sont, à ce titre, de plus en plus fréquemment évalués, du point de vue de leur impact social notamment. Les intentions sont multiples : prouver les effets d’un projet, le légitimer, soutenir une demande ou un renouvellement de soutien… Philippe Denormandie et Marion Le Tyrant ont détaillé la méthodologie d’évaluation d’impact social menée par la Fondation avec l’accompagnement de Phare.

 

L’évaluation vient valoriser le travail effectué dans une logique d’amélioration et de facilitation de l’essaimage et du changement d’échelle.
Marion Le Tyrant
consultante-chercheure, Agence Phare

 

L’accompagnement à l’évaluation d’impact social

L’agence Phare accompagne les porteurs de projets que nous soutenons, et qui répondent à des enjeux d’accès à la santé, de parcours de soin et de prévention, via un double dispositif. D’abord, elle propose un socle commun à l’ensemble des porteurs soutenus comprenant : un diagnostic du projet ; une formation collective à la démarche d’évaluation d’impact social ; un questionnaire annuel pour évaluer l’impact social des projets soutenus et des activités de la fondation. Puis elle met en place un accompagnement individuel des porteurs, si nécessaire, qui inclut un atelier pour déterminer les impacts perçus et souhaités de leur projet et des outils d’évaluation personnalisés permettant de prouver leurs impacts“, a expliqué Philippe Denormandie.  

Pour garantir la réussite de cet accompagnement, il est essentiel de bien identifier les impacts attendus (et inattendus parfois), sans forcément chercher à multiplier les indicateurs et les outils. Ce temps de recul sur l’objectif et les finalités transformatrices du projet peut par ailleurs aider à remettre du sens dans l’action menée par la structure. L’évaluation vient ainsi valoriser le travail effectué, dans une logique d’amélioration et de facilitation de l’essaimage et du changement d’échelle“, a précisé Marion Le Tyrant. 

Les principaux enseignements

Après deux années d’accompagnement de l’agence Phare, les premiers résultats des évaluations démontrent l’efficacité des projets et leurs impacts sur les trois cibles touchées par les projets soutenus par la Fondation : les bénéficiaires finaux (ciblés par 100% des projets), les aidants (36 %) et les soignants (79 %). 

La majorité des porteurs de projet soutenus par la Fondation déclare avoir un impact sur l’amélioration de l’accompagnement des bénéficiaires et de leur parcours de soin, que ces projets ciblent avant tout des bénéficiaires finaux, des aidants ou des professionnels de santé. 

L’évaluation souligne par ailleurs que les porteurs de projets ciblant prioritairement les professionnels de santé déclarent avoir un impact essentiel sur l’amélioration de la qualité des interactions avec les patients et leur entourage (familles, aidants…). De leur côté, les porteurs ciblant les aidants estiment avoir pour principaux impacts de générer un moindre stress et une amélioration des conditions de vie en général des bénéficiaires. Les porteurs ciblant les bénéficiaires finaux expriment quant à eux agir en faveur d’un sentiment de plus grande écoute. La majorité estime aussi que leur projet agit en faveur d’une plus grande autonomie, une plus grande confiance en soi et une amélioration des conditions de vie en général des bénéficiaires de leurs actions.  

Pour finir, il apparaît que l’évaluation d’impact social est perçue par les porteurs de projets non seulement comme un moyen de prouver leur impact et légitimer leurs actions mais aussi comme une occasion de prendre de recul, de dialoguer avec leurs différentes parties prenantes, de structurer et d’appuyer l’essaimage ou la redéfinition d’un projet. 

 

Rendez-vous à l’automne pour une synthèse détaillée du rapport remis par l’agence Phare sur notre évaluation d’impact social. Les résultats des évaluations individuelles des porteurs de projets seront connus à partir de fin 2021.

Présentation de la Fondation nehs et l’Agence Phare au Colloque Santé de Kedge Business School Marseille